• J'avais prévu autre chose

     

     

     

    Bonjour à tous,

     

    Voici un autre retour de lecture.

    Ouf, ça y est, j'ai fini par rattraper mon retard puisque je n'ai pas commencé de nouveau roman. yes

     

    J’avais prévu autre chose

    Cécile Blanche

    (BoD)

     

    ❤ ❤ ❤ ❤

     

    Chloé, la trentaine, perd brusquement celui qu’elle considère comme l’homme de sa vie. Aidée de sa famille, ses amis et l’écriture de son nouveau roman, parviendra-t-elle à surmonter cette terrible épreuve ?

     

    Mon avis : Tout d’abord je tiens à remercier l’auteure et les Éditions Books on Demand pour ce SP.

     

    Agréable et facile à lire, la plume se fait parfois poétique. Malgré le(s) thème(s) abordé(s), le roman reste léger, grâce notamment aux nombreuses touches d’humour que j'ai, pour ma part, beaucoup aimées.

    On n’évite pas le cliché du meilleur ami homo – que l’on trouve dans beaucoup (trop) de livres à mon goût mais tous les personnages sont très attachants : Alek, le meilleur ami en question, Claudia, l’ancienne coloc avec qui elle est très liée (j’ai aimé aussi qu’on suive sa vie, ses amours, même si le sujet principal reste Chloé), les parents dans leurs fêlures et secret, Dim (le fan), Johan, le nouveau meilleur ami bis, même les absents Daniel l’amoureux et surtout Granny, la grand-mère de Chloé, tellement bien évoqués malgré leur disparition qu’on ne peut que regretter leur absence.

    On voyage entre Londres et sa grisaille et le sud de la France, plus lumineux.

     

    Ce roman aborde les différentes phases du deuil. Le long chemin qui mène à la résilience.

     

    Il y a de la mélancolie dans ce livre mais surtout il y a l’espoir qui renaît au fil des pages.

     

    Bref, j'ai passé un bon moment avec ce premier roman de l'auteure.

     

    Et pour le trouver, c'est par ici :

     

    https://www.amazon.fr/Javais-pr%C3%A9vu-autre-C%C3%A9cile-Blanche-ebook/dp/B07JW6NSQT

     

    J'avais prévu autre chose

     

     


    8 commentaires
  • Retour d'une autre chroniqueuse sur "L'envol du papillon"

     

    Bonjour à tous, 

    Je partage un autre retour reçu récemment pour mon roman 

     

    L'envol du papillon

     

    C'est par ici :

    http://quest-ce-quonattend-pourlire.over-blog.com/2019/11/l-envol-du-papillon-nadine-deconinck-cabelduc.html

     

     

    Et si vous aussi vous avez envie de le découvrir

    voici le lien :

    https://www.amazon.fr/Lenvol-du-papillon-Nadine-DECONINCK-CABELDUC/dp/1980406235/ref=tmm_pap_swatch_0?_encoding=UTF8&qid=&sr=

     

    Retour d'une autre chroniqueuse sur "L'envol du papillon"

     


    3 commentaires
  •   

    Si ce n'était son absence

     

    Bonjour à tous,

    aujourd'hui, je vous donne mon ressenti sur un témoignage bouleversant :

     

     

    Si ce n’était son absence

    Elisabeth de Gentil-Baichis

    Editions l’Harmatan

     

     

    Camille, quinze ans, met fin à ses jours sans que son entourage n’ait un seul jour soupçonné son mal-être profond.

     

    « Quand tout est à réinventer, quand on ne sait plus soi-même qui on est,

    on cherche à tâtons
    des nouveaux chemins pour avancer. L’écriture m’a permis de déposer ce qui m’encombrait,
    ces émotions dont je ne savais plus quoi faire après la mort par suicide de ma fille. L’écriture m’emmène ailleurs, me permet de me décentrer de ma peine. Je fais le choix de me poser et de regarder en face ce que j’ai à traverser. Sans crainte. Je propose au lecteur mes réflexions sur l’absence, sur le besoin de solitude, sur la relation aux autres qui se modifie, sur ce qui me fait du bien et m’apaise. L’écriture m’aide à mettre au monde la femme que je suis aujourd’hui, toujours la même et pourtant si différente.
    J’ai fait le choix d’écrire ce livre à la troisième personne. C’est une mère qui parle de sa fille. Ce pourrait être n’importe quelle mère. C’est une mère qui parle du temps, du temps du deuil, de laisser du temps au chagrin de se dire, aux larmes de couler, du besoin de redire l’amour qu’elle porte à son enfant. C’est une mère qui avance au fil de l’eau qui se surprend à entrevoir la lumière là où ne régnait que le chaos.
    C’est une mère qui parle de ce chemin d’acceptation de cette nouvelle vie qui s’offre à elle. La vie refleurit petit à petit, elle redécouvre ses saveurs, sa beauté. Au lieu de s’éloigner, sa fille lui devient plus proche. Un autre lien se construit, invisible aux yeux des hommes.
    L’absence devient en quelque sorte présence. »

     

     

    Mon avis : Le récit de cette mère est forcément poignant, même si l’emploi de la 3ème personne plutôt que la 1ère met une certaine distance par rapport aux sentiments ressentis par l’auteure.

    On arrive à s’identifier aux émotions qu’elle a dû alors éprouver : le chaos, la douleur, l’incompréhension du geste de sa fille et en même temps le cheminement qu’il l’amène à « déculpabiliser » de n’avoir rien vu, rien pu faire pour sauver sa fille de sa détresse qui a mené à ce geste irrémédiable.

    C’est toujours terrible de perdre son enfant et tellement difficile de ne pas se sentir fautif en cas de suicide que j’ « admire » la capacité de cette mère à se déjouer de ce sentiment.


    2 commentaires
  •  

     

    Le fantôme de la bibliothèque.

     

    Bonjour à tous,

     

    je vais essayer de rattraper mon retard, car après celui-ci,

    j'ai encore un retour de lecture à faire.

    Voici mon ressenti sur :

     

    Le fantôme de la bibliothèque

    René Raimbau

     

    Éditions du Traict

     

     

    Les deux employées de la bibliothèque du Croisic – qui se trouve être l’ancienne école – sont victimes tour à tour d’étranges phénomènes dans l’enceinte du bâtiment. Cette dernière doit très prochainement être fermée pour laisser place à une médiathèque sur la commune. Lorsqu’un policier – qui venait bénévolement aider au transfert – y est retrouvé assassiné, la peur gagne du terrain. La bibliothèque est-elle hantée par le fantôme d’un ancien élève victime de harcèlement par ses camarades et qui a subitement disparu ? Toujours est-il que d’autres meurtres sont bel et bien commis en peu de temps dans cette paisible commune et que tous étaient élèves dans cette école au moment de la disparition de l’enfant.

     

    Mon avis : Encore un retour qui intéressera principalement les lecteurs du 44 (ou qui y passent leurs vacances). Écrit par un auteur régional que j’affectionne particulièrement (cela doit être mon troisième livre de René Raimbau), la plume est agréable. Le suspens est là. Mon seul regret ? Le livre est trop court (106 pages).


    1 commentaire
  • Retour d'une chroniqueuse sur "L'envol du papillon"

     

     

    Bonjour à tous,

    aujourd'hui, c'est au tour de 

     

    "L'envol du papillon"

    d'être chroniqué.

    Un grand merci à Lily lit

     

    Pour découvrir son retour suivez le lien

    https://www.goodreads.com/review/show/3028431766?fbclid=IwAR1Y1-TgrRhBpqO2VkJ15qubf-ejJBzlLNZS9pSDbI4kyDvlSiGhsB3aXSg

     

     

    Et si le coeur vous en dit, 

    voici le lien pour le trouver (disponible uniquement sur Amazon)

    https://www.amazon.fr/Lenvol-du-papillon-Nadine-DECONINCK-CABELDUC-ebook/dp/B07B15XSZ8/ref=asap_bc?ie=UTF8

    Bonne lecture à tous,

     

    Retour d'une chroniqueuse sur "L'envol du papillon"


    7 commentaires



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires