•  

    Bonjour à tous,

    voici ma deuxième lecture d'affilée qui m'a déçue.

    En voiture Simone

    Aurélie Valognes

    (Le livre de poche)

    ❤❤❤❤❤

     

    Pour une comédie familiale irrésistible, il vous faut : un père, despotique et égocentrique, Jacques. Une mère, en rébellion après quarante ans de mariage, Martine. Leurs fils, Matthieu, éternel adolescent mais bientôt papa de trois enfants; Nicolas, chef cuisinier le jour et castrateur tout le temps ; Alexandre, rêveur mou du genou. Et... trois belles-filles délicieusement insupportables ! Stéphanie, mère poule angoissée, Laura, végétarienne angoissante, Jeanne, nouvelle pièce rapportée, féministe et déboussolée, dont l'arrivée va déstabiliser l'équilibre de la tribu.
    Mettez tout le monde dans une grande maison en Bretagne. Ajoutez-y Antoinette, une grand-mère d'une sagesse à faire pâlir le dalaï-lama, et un chien qui s’incruste. Mélangez, laissez mijoter... et savourez !

    Mon avis :

    Tout d’abord, je tiens à remercier Christine pour cet envoi. 

    Déçue par le 1er roman d’Aurélie Valognes, « Mémé dans les orties », je voulais donner une deuxième chance à cette auteure. On m’a envoyé celui-ci qui m’avait été recommandé par notre amie Ara (d’Hellocoton) mais je n’ai été qu’à moitié convaincue. Peu probable donc, que je lise un autre roman de cette auteure qui connaît pourtant un grand succès.

    J’ai peut-être la (grande) chance d’être tombée sur deux familles formidables (la mienne et celle de mon époux), mais j’ai trouvé les personnages un tantinet caricaturaux. L’histoire manque de profondeur, le style d’écriture est simple, fluide. Cela se lit très facilement. Les  chapitres sont très courts. Mais bon, je me suis un peu (pour ne pas dire beaucoup) ennuyée à lire les déboires de la famille Le Guennec. Si au moins il y avait eu de belles descriptions de la Bretagne, qu’apparemment l’auteure connaît bien ! Mais non, elle s’est limitée à décrire les deux maisons. Et puis basta. Pas de quoi prendre un bon bol d’air vivifiant et bien iodée.

    Et que dire de la fin complètement guimauve ? Tout le monde s’est remis en question et hop, emballé c’est pesé. J’aime pourtant quand les histoires finissent bien, mais là, trop, c’est trop !

    Pour celles et ceux qui l’ont lu, qu’en avez-vous pensé ?    

    En voiture, SImone !


    6 commentaires
  • Il est grand temps de rallumer les étoiles

     

    Bonjour à tous,

    petit retour sur une de mes dernières lectures.

    Il est grand temps de rallumer les étoiles

    Virginie Grimaldi

    (le livre de poche)

    ❤❤❤❤❤

     

    Anna croule sous les dettes. Lorsque son patron lui propose de  « partir », elle lui réclame en échange une coquette somme pour éponger ces dernières. Au lieu de quoi, encouragée par sa grand-mère, elle emprunte le camping-car de son père et embarque ses deux filles qui semblent en souffrance pour un périple en Scandinavie.

    Mon avis : Un peu (beaucoup ?) déçue par ce roman. J’ai trouvé assez ennuyeux le voyage où il ne se passe pas grand-chose. Les paysages traversés n’ont pas réussi à me faire rêver, pas plus que les aurores boréales (qui pourtant m’attirent).

    J’ai eu un peu de mal aussi à m’attacher aux différents personnages. La petite Lili me semble un brin immature, tant par les propos qu’elle tient, en particulier dans son journal, que par les expressions qu’elle déforme, ce qui à la longue devient agaçant.

    J’ai cru avoir un regain d’intérêt quand il a été question des raisons du divorce mais j’ai trouvé que c’était finalement très mal exploité. On passe rapidement sur le sujet, pourtant douloureux et qui peut provoquer énormément de ravages, et passablement crédible quant à l’attitude présente de Mathias. Dommage.

    Enfin, la « révélation » de la fin m’a profondément déplu. Je pense que cela aurait été plus judicieux que les lecteurs soient au courant dès le début (ou presque). J’ai eu l’impression que l’info tombait « à plat » alors que l’auteure recherchait certainement le contraire.

    Vous l’aurez compris, pour moi, ce n’est pas le meilleur Grimaldi.

    Et vous, l’avez-vous lu ? Qu’en avez-vous pensé ?

    Pour les autres, je recommanderai plutôt « le parfum du bonheur est plus fort sous la pluie » (mon préféré) ou bien « Tu comprendras quand tu seras plus grande ».

     

    Il est grand temps de rallumer les étoiles

     

     

     

     


    2 commentaires
  •  

    Bonjour à tous,

    ce roman est une relecture mais j'ai pris autant de plaisir à le lire que la première fois.

     

    L’alibi impossible

    Sandra Brown

    (France Loisirs)

    ❤❤❤❤❤

     

    Hammond Cross s’arrête un soir dans une foire et fait la connaissance d’une femme mystérieuse avec qui il passe la nuit.

    Le lendemain, il apprend que cette femme est la suspecte n°1 dans le meurtre d’un homme très connu, dont il est chargé d’instruire l’affaire. Or, il ne peut lui servir d’alibi sans trahir que lui-même a eu un rendez-vous houleux  la vieille avec la victime.

    L’intégrité inébranlable de ce procureur adjoint, promis à un bel avenir professionnel est mise à mal. Tombé fou amoureux de cette femme au passé plus que trouble, il fait malgré tout, tout pour la protéger contre l’inspecteur Smillow et sa propre collègue, Steffi Mundell, qui est aussi son ex petite-amie.

     

    Mon avis : un bon suspens psychologique, doublé une jolie histoire d’amour.

    Les personnages sont bien croqués, en particulier celui de Hammond Cross, procureur adjoint qui veut coûte que coûte faire respecter la loi mais lorsque son avenir et surtout celle de la femme qu’il aime sont mis en jeu, le doute s’installe en lui.

    Je passe sur les quelques petits passages un peu mièvre (des « je t’aime » alors qu’on se connaît à peine ou s’imaginer que c’est la femme – ou l’homme de sa vie – à moins d’une semaine d’une rencontre me paraît guère probable) tant l’auteure a su dépeindre les affres de ce héros, pris dans la tourmente.

    Par ailleurs, le suspens concernant le coupable du meurtre reste entier jusqu’à la fin. Même pour moi qui ai déjà lu ce livre il y a quelques années et qui ne m’en souvenais pas. J’ai eu un léger doute, car une autre personne me semblait tout aussi plausible.

     


    7 commentaires
  • Au-delà du pardon

     

    Bonjour à tous,

    et voici ma toute dernière lecture :

    Au-delà du pardon

    Shirlee Busbee

    (France Loisirs)

    ❤❤❤❤

    Afin de récupérer les dettes de jeux de son grand-père pour sauver leur domaine, Léonie s’introduit dans la chambre qu’occupe un hôte du gouverneur. La prenant pour la prostituée que devait lui envoyer Gayoso, Morgan Slade abuse de la jeune femme.

    Claude Saint-André sachant sa fin proche, veut mettre à l’abri sa petite-fille et lui arrange un mariage forcé avec Morgan Slade. Or, le cousin de ce dernier lui ressemble comme deux gouttes d’eau et a l’habitude de se faire passer pour Morgan. Suite à une méprise, c’est Ashley qui épouse Léonie, emportant avec lui la dot de la jeune femme qu’il devra lui restituer 5 ans plus tard suivant leur accord qu’Ashley n’a évidemment pas l’intention de tenir.

    Lorsque Léonie se rend chez Morgan Slade, ce dernier dément formellement s’être marié avec elle mais la famille de Slade penche peu à peu du côté de la jeune femme, surtout après avoir vu l’enfant que Léonie a eu de son viol et qui est le portrait craché de leur fils. Morgan décide alors de démasquer l’intrigante et décide de s’installer avec « sa » femme et « son » fils à petit bonheur.

     

    Mon avis : certes, l’histoire est un peu tirée par les cheveux, mais c’est plutôt bien écrit et on y croit,  avec de jolies descriptions des habitations de Louisiane. La fin est un peu rapide. Mais c’est un livre plaisant que j’ai lu en seulement deux jours.

    Bonne lecture,

    Au-delà du pardon

     


    5 commentaires
  • Vingt-quatre heures de la vie d'une femme.

     

    Bonjour à tous,

    petit retour sur mon avant-dernière lecture : 

     

    Vingt-quatre heures de la vie d’une femme

    Stefan Zweig

    (livre de poche)

    ❤❤❤❤

     

    Scandale dans une pension de famille « comme il faut », sur la Côte d'Azur du début du siècle : Mme Henriette, la femme d'un des clients, s'est enfuie avec un jeune homme qui pourtant n'avait passé là qu'une journée. Seul le narrateur tente de comprendre cette « créature sans moralité », avec l'aide inattendue d'une vieille dame anglaise très distinguée, qui lui expliquera quels feux mal éteints cette aventure a ranimés chez elle. Ce récit d'une passion foudroyante, bref et aigu comme les affectionnait l'auteur d'Amok et du Joueur d'échecs, est une de ses plus incontestables réussites.

    Mon avis :

    Quand la passion surgit brusquement dans la vie d’une femme au point d’être sur le point de commettre une folie (à remettre dans le contexte de l’époque, bien sûr). Un acte qui bouleverse tout le restant de sa vie alors qu’elle ne peut en parler à personne. Le « soutien » du narrateur pour Mme Henriette libère enfin la parole de la vieille dame.

    Un roman très court qui se lit facilement. J’avoue que j’ai trouvé que la description des mains du joueur est tout de même un peu longuette.

     

    Bonne lecture,

    Vingt-quatre heures de la vie d'une femme.


    6 commentaires



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires