• Les couleurs du destin

    Les couleurs du destin 

     

    Bonjour,

    Je vous souhaite une belle fête des mamans.

     

    Les couleurs du destin

           

    Mireille Pluchard 

     

    (France Loisirs) 

     

    ❤❤❤❤ 

     

    1804, la petite Sixtine subit, plus que le reste de la famille, les brimades de son père. Quelques années plus tard, c’est dans les bras de Jean-Baptiste, le fils des propriétaires du domaine du Souleiadou, qu’elle découvre l’amour. Mais il meurt à la guerre et Sixtine, enceinte, n’a d’autre choix que de fuir. Elle fait alors plusieurs belles rencontres qui l’emmènent jusqu’en Provence, où son destin se révèle plutôt clément pour elle. Lorsque l’épidémie de choléra survient, elle décide d’emmener toute sa petite famille dans les Cévennes de son enfance, acquérant par la même occasion le domaine de Souleiadou.

     

    Mon avis :

     

    Étrange comme cette lecture a résonné un temps avec l’actualité. Impossible de ne pas faire le parallèle entre l’épidémie de choléra et le covid 19.

    Une belle histoire de destin, avec des personnages forts, des descriptions (parfois un peu trop, même s'il est toujours intéressant de découvrir de nouvelles choses) du travail dans les cébières ou l’industrie du textile, où se côtoient petites gens et dynastie.

    Le début est un peu confus car l’auteure a choisi d’ouvrir le roman sur Sixtine avant d’enchaîner sur le passé et comme il y a beaucoup de personnages, pas évident de suivre. Il y a un arbre généalogique mais il se trouve curieusement à la fin, c’est donc en refermant ce livre que je l’ai vu et cela me semble peu judicieux. 

    Un autre bémol concerne le vocabulaire employé pour décrire une personne sortie de l’enfance mais pas encore adulte. Le terme d’adolescence m’a fait tiquer pour l’époque. J’ai lu pas mal de classique et je ne me souviens pas avoir vu ce mot (hormis ceux du 20e siècle). On parle plus volontiers de jeunes gens. J’ai donc cherché sur le net et voilà ce que j’ai trouvé :  

     

    « Ce n’est qu’au milieu du XIXe  siècle que le mot adolescence apparaît dans le vocabulaire de nos sociétés occidentales pour désigner les jeunes collégiens poursuivant leurs études et financièrement dépendants. C’est à cette époque que l’industrialisation prend son essor et que l’espérance de vie s’accroît. À peu près simultanément, un costume particulier à cet âge permet de distinguer les jeunes des enfants et des adultes, mais l’adolescence ne concerne encore alors qu’un nombre très restreint d’individus appartenant à la bourgeoisie. Les nobles et les pauvres quant à eux continuent de bénéficier d’une formation acquise au contact des adultes par l’intermédiaire des précepteurs et des patrons. L’adolescence ne deviendra un terme générique, désignant toute une classe d’âge et utilisé aussi bien pour les garçons que pour les filles, que plus tard avec la généralisation de la scolarisation au XXe siècle ».

      

    Ce terme est donc inapproprié dans ce roman. Étonnant de la part d’une personne qui est passionnée d’Histoire. 

    Ces deux faits mis à part, l’histoire est bien écrite et intéressante, les personnages sonnent vrais. J’ai donc passé un bon moment de lecture à suivre le destin de Sixtine mais également la vie des autres personnages.

     

    Bonne lecture,

    Je programme un autre article lecture pour demain,

    le plus jeune de mes fils reprend le chemin du collège et je pense ne pas avoir le temps de revenir sur le blog.

    Belle semaine à tous.

     

     


  • Commentaires

    1
    Dimanche 7 Juin à 11:36

    Bonjour Nadine! merci pour tes critiques littéraires! tu fais une très bonne critique littéraire je trouve! je te remercie de m'avoir souhaité une bonne fête! j'ai acheté un bouquin de sophie tal men, est-ce que tu connais? j'ai pensé à l'ancienne miss france 1998 sophie talman mais je ne crois pas que ça soit elle! ça ne s'écrit pas pareil! Bonne fête des mamans à toi aussi! bises

    2
    Dimanche 7 Juin à 11:51

    Bonjour Nadine Merci de ton passage amical Bonne fete des mamans Bérénice

    3
    Dimanche 7 Juin à 11:52

    Merci, Nadine, de m'avoir souhaité une bonne fête. Je te dis aussi, Bonne Fête des Mamans, à toi. Je viens de suivre le culte de Pontarlier, sur Zoom. Plusieurs ont pu aller à l'Eglise pour la première fois, depuis le déconfinement, mais ils doivent être beaucoup moins nombreux que d'habitude, pour être à un mètre, les uns des autres, et mettre un masque. Bonne journée en famille et gros bisous.

    4
    Lundi 8 Juin à 05:05

    Bonjour ma douce amie

    Une belle lecture qui me permet d'avoir ton avis que j'apprécie beaucoup et grâce à toi et à une autre amie blogueuse, vous m'avez redonné l'envie de me remettre à la lecture et je n'arrête plus. En ce moment je lis "la souris verte" de R. Sabatier qui ne me passionne pas autant que les autres romans que j'ai lu avant de D. Steel.

    Merci beaucoup pour ta fidélité à mon blog et ta gentillesse.

    J'espère que tu as passé un beau WE et que tu es en forme pour commencer cette nouvelle semaine. 

    Lundi 8 juin : S'il pleut à la Saint-Médard, Il pleut quarante jours plus tard." La Saint-Médard est fêtée le 8 juin. Ce dicton encore très connu, est parfois suivi de "Mais vient le bon saint Barnabé - Qui peut encore tout raccommoder".

    Prends bien soin de toi.

    Gros bisous d'amitié de mon ti rocher venteux et frais (tôt ce matin j'avais 18°).

     

    5
    Lundi 8 Juin à 07:24

    Bonjour Nadine ...

    Merci de ce partage en lecture,en ce moment je lis un peu le soir,mais je ne suis pas encore

    a fond dans mes lectures ,trop de choses me trotte encore dans la tête 

    Merci d’être passée sur mon blog et d’être toujours fidèle...

    Il fait beau ,mais il y a de gros nuages qui montent de la mer,pas très bon signes...

    Prends bien soin de toi surtout..

     Bonne journée et mille bisous 

    MONIQUE ❤️❤️❤️❤️

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :