• Le portrait oublié

     

     

    Bonjour à tous,

     

     

     voici mon retour sur une nouvelle lecture :

     

     

     

    Le portrait de l’oubli 

     

     

     

    Laura Madeleine

     

     

    (France Loisirs)

     

     

    ❤❤❤

     

    En 1900, Guillaume quitte Bordeaux pour Paris pour entrer chez les cheminots. Lors d’une soirée arrosée, il se retrouve devant une pâtisserie. Il découvre alors un autre univers et décide de se faire embaucher comme apprenti, tout en tombant amoureux de la fille du patron.

     

    1988, Petra apprend que son grand-père bien-aimé cachait peut-être un secret. Elle décide de mener une enquête pour que le biographe chargé d’écrire sur lui ne salisse pas sa mémoire.

     

    Mon avis :

     

    Au départ, l’alternance des époques à chaque chapitre m’a gêné, d’autant que les chapitres sont courts. Difficile dans ce cas, de se plonger immédiatement dans l’intrigue et s’attacher aux personnages. Finalement, on finit par avoir envie de connaître le fin mot de l’histoire. Que se reprochait le grand-père de Petra ? Guillaume et Jeanne sauront-ils vaincre les différences sociales ? Le mariage arrangé des années auparavant par le père de Jeanne et son associé aura-t-il lieu alors que les deux jeunes gens se sont "unis" en secret ?

     

    Ce livre traite d’un amour impossible entre deux personnes issues de milieux différents, d’amour désintéressé, d’amitié indestructible (entre Nicolas et Guillaume), d’ambition pour se sortir de sa condition, et aussi de trahison et de « secrets de famille ». 

    On découvre le Paris de 1900, entre la pauvreté des uns et la vie aisée des autres. 

    Pas un coup de cœur, mais une belle lecture quand même.

     


    6 commentaires
  •  

    L'erreur

     

    Bonjour à tous,

    voici mon retour sur ma dernière lecture (retard rattrapé)

     

    L’erreur

    Susi Fox

     

    ❤❤❤

     

    Après plusieurs années d’infertilité et de fausse-couche, Sasha est enceinte mais à 35 semaines, elle doit subir une césarienne en urgence. À son réveil, elle est persuadée que l’enfant qu’on lui présente n’est pas le sien mais personne ne la croit.

     

    Mon avis :

     

    il est mitigé. Le sujet m’interpellait mais j’ai trouvé que cela tournait un peu trop en rond au début. Par ailleurs, certains faits ne me semblent pas très crédibles. Par exemple, Sasha confie ses doutes à deux femmes qu’elle ne connaît pas (Ondine et Brigitte) alors même qu’elle doute de son mari et même de sa meilleure amie, Bec. À sa place, j’aurai été méfiante de livrer mes interrogations à des inconnues. Autre point peu crédible à mes yeux (attention je spolie : alors que tout le long du roman elle veut retrouver son bébé et faire éclater la vérité, à la fin, elle renonce ?? même si… - non, je ne vais pas encore spolier).

    Je n’ai pas compris non plus son obsession de rechercher des doigts palmés sur les nouveau-nés. Ce n’est pas parce que Mark en a que leur enfant se doit d’avoir cette particularité (et je suis bien placée pour le savoir, même si mon époux s’est empressé de le vérifier à la naissance de notre 1er enfant, né grand prématuré).

    J’ai deviné à la page 257 ce qui s’était passé (du moins en partie), donc le suspens s’est un peu émoussé (enfin si suspens il y a). Ceci dit, la fin n’était pas telle que je l’avais imaginée et je crois que cela a conforté ma déception sur ce roman.

    Ayant donnée naissance à un bébé à six mois de grossesse, cette histoire m’a un peu replongé dans ce que j’ai vécu à cette époque (avec un personnel beaucoup plus cool pour ma part)

    Sur une question plus « pratique » j’ai été étonnée par l’histoire du tire-lait. Sasha en est à sa 35ème semaine et il est mentionné qu’elle ne peut pas en utiliser un, alors que je l’ai fait aussitôt après la naissance de mon fils né près de deux mois plus tôt. L’autre détail qui m’a chiffonnée, c’est qu’elle puisse penser que le sang ne provienne pas de ses entrailles quand, avant la naissance du bébé son mari et elle s’occupe d’un kangourou. Pour avoir eu deux hémorragies gynécologiques, je peux assurer qu’on ne peut pas se tromper.

     

    Bonne lecture,

    et prenez soin de vous.


    12 commentaires
  • Désir rebelle

     

     

    Bonjour à tous,

    un peu de retard dans mes retours de lecture. Voici celui de :

     

    Désir rebelle

     

    Julie Garwood

     

    (Succès du livre)

     

    ❤❤❤❤❤

     

    Alors qu’elle se rend chez son père qu’elle n’a pas revu depuis 14 ans, Caroline vient en aide à un gentleman blessé au cours d’une attaque. À peine l’homme soigné, elle se retrouve face au Duc de Bradford, un ami de l’agressé qui pointe une arme sur elle, mais tombe malgré tout immédiatement sous son charme. La jeune femme ne se laisse cependant guère impressionner par cet homme.

    Caroline va aussi devoir faire face à deux tentatives d’assassinat sans doute liées à ce qui s’est passé lorsqu’elle était enfant et qui est peut-être à l’origine de l’éloignement dont elle a fait l’objet.

     

    Mon avis :

     

    D’abord un petit mot sur la couverture non adaptée à l’histoire. N’ayant pas de date au dos du livre, je pensais d’après la photo, que l’histoire se déroulait au début du XXème siècle alors qu’elle se situe en 1802. (Ceci dit, je n’ai jamais vraiment trouvé terribles les couvertures de Succès du livre). Le résumé (celui du livre, j’entends), ne reflète pas non plus tout à fait l’intrigue. C’est dommage quand on se base en partie sur ça.

    Quelques incohérences ponctuent ce roman. Les personnages sont plutôt stéréotypés (même si assez attachants, y compris les personnages secondaires). L’intrigue, elle, manque de profondeur. La fin est bâclée. Il y a des passages trop rapides quand d’autres se perdent dans des détails inutiles.

    Bref, plutôt déçue par ce roman d’une auteure que je ne connaissais pas mais d’après les avis lus après ma lecture, il semble que ce ne soit pas son meilleur roman.


    4 commentaires
  •  

     

    Bonjour à tous,

    Retour sur ma lecture de :

     

    La petite fille qui avait avalé un nuage grand comme la tour Eiffel

    Romain Puértolas

    (Le livre de poche)

     

    ❤❤❤❤❤

     

    Providence Dupois, jeune factrice doit se rendre au Maroc pour chercher sa fille adoptive atteinte de muscoviscidose. Malheureusement, un volcan islandais paralyse le trafic aérien. Commence alors pour elle un voyage hors du commun.

     

    Mon avis :

    Je dois avouer qu’au départ, ce roman complètement loufoque m’a laissé perplexe. Heureusement, il y avait des notes d’humour et surtout des passages assez émouvants lorsqu’il était question de la petite fille. J’ai cependant trouvé agaçante l’insistance de l’auteur de nommer le narrateur de cette épopée - par l’intermédiaire du coiffeur – Monsieur Truc, Bidule… à la place de Monsieur Machin (son nom), ainsi que l’étalage de savoir disséminé au fil des pages (un peu, ça va, mais là c’est trop).

    Et puis arrive la fin du roman et c’est là que la poésie prend tout son sens et qui donne finalement une jolie ode à l’amour (au sens large).

     

    Bonne lecture à tous,

     

     


    9 commentaires
  • L'amour et tout ce qui va avec

     

     

     

    Bonjour à tous,

     

     

    je vous retrouve pour un nouveau retour de lecture

     

     

    L’amour et tout ce qui va avec

     

    Kristan Higgins

     

    (mosaïc poche)

     

    ❤❤❤❤

     

    Le jour où elle doit fêter ses trente ans, Callie Grey apprend que l’homme qu’elle aime depuis toujours, qui se trouve être à la fois un ex-petit-ami et son patron, va se marier avec la fille d’un des plus gros clients. La fiancée devient par la même occasion la nouvelle recrue de l’agence de pub, provocant quelques remous dans une ambiance jusque-là plutôt sereine.

    Afin de rendre Mark jaloux, la jeune trentenaire cherche à séduire le nouveau vétérinaire, un homme plutôt taciturne et psychorigide.

     

    Mon avis :

     

    Je découvre l’auteure avec ce roman à la fois drôle et émouvant.

    J’ai adoré l’héroïne aussi chaleureuse que gaffeuse, aussi spontanée que drôle.

    On n’évite peut-être pas les clichés sur les personnages secondaires mais chacun tient bien son rôle.

    J’ai eu du mal à cerner le véto (aussi bien dans son apparence physique que son caractère). Dommage.

    Mark m’apparaissait de prime abord plutôt sympathique (même si égocentrique) mais finalement il se trouve trop manipulateur pour que cette sympathie demeure. Dommage là aussi.

    Ceci dit, j’ai aimé que l’auteure joue aussi bien sur les qualités que les défauts du trio : Callie/Mark/Ian

    J’ai beaucoup apprécié la relation de Callie avec son grand-père unijambiste, celle avec son père qui cherche à reconquérir son ex-femme après une incartade, vieille de plus de 20 ans.

    Vu le titre et la couverture, je craignais une simple petite romance mais finalement c’est un peu plus que cela. D’ailleurs, l’histoire d’amour entre Callie et Ian n’arrive pas tout de suite même s’ils se rencontrent dès les premières pages, et on suit aussi les histoires des autres personnages ce qui ne manque pas d’enrichir le roman.

     

    J’ai passé un agréable moment de lecture. Et si vous avez envie d’une histoire légère sans l’être de trop, je vous le conseille.

    Bonne lecture,

    et prenez soin de vous.

    L'amour et tout ce qui va avec

     


    8 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique