• Les roses de Guernesey

     

    Bonjour à tous,

    J'espère que tout le monde va bien.

    Voici mon retour sur :

     

    Les roses de Guernesey

     

    Charlotte Link

     

    ❤❤❤❤❤

     

    De passage à Guernesey, Franca Palmer croise la route d’Alan Shaye qui lui porte secours. Ce dernier la conduit chez sa mère Béatrice, propriétaire d’une maison d’hôtes. Très vite, l’Allemande se lie d’amitié avec son hôtesse, une septuagénaire qui héberge à l’année, Hélène Feldman, la veuve d’un officier allemand ayant occupé pendant la guerre la maison d’enfance de Béatrice.

     

    Entre passé et présent, la vie de Béatrice, étroitement liée à celle d’Hélène, se déroulent : l’occupation, les relations de l’enfant puis de la jeune fille avec Erick Feldman mais aussi celles avec Hélène, l’amour pour Julien, un prisonnier français évadé, ses angoisses de mère face à l’alcoolisme d’Alan, le meurtre barbare d’Hélène.

     

    Mon avis :

     

    J’ai eu du mal à rentrer dans l’histoire. Au début du roman, Béatrice n’a que onze ans. Difficile de concevoir la relation de confidente qu’elle a avec l’officier allemand. Par ailleurs, ses propos, ses actes, sont trop matures pour être crédibles. Le passage concernant Béatrice jeune fille et ses relations (compliquées du fait de la situation) avec Julien ont commencé à m’intéresser un peu et puis, il y a eu un autre long passage à vide jusqu’à la mort d’Hélène. À partir de là, j’ai eu plus de mal à lâcher le livre de 750 pages environs.

     

    J’ai aimé les descriptions de l’île qu’on parvient à bien imaginer. Le mélange Histoires, meurtres, trahisons, amitiés, amours, haines.

    J’ai eu du mal à m’attacher aux différents personnages, à part Alan pour qui j’ai éprouvé de la tendresse et l’envie qu’il s’en sorte (même si j’avais parfois envie de le secouer). Maya est peut-être un peu caricatural (quoique…) par contre sa réaction après la mort d’Hélène est très peu crédible, il aurait été sans doute préférable de la laisser fidèle à elle-même, c’est-à-dire aussi égoïste, qu’égocentrique.

    J’ai apprécié que chaque personnage ait une double face comme dans la vie. Ni tout à fait gentil, ni tout à fait méchant.

     

    Bonne lecture

    et prenez soin de vous.


    3 commentaires
  • Retour d'une autre chroniqueuse

     

    Bonjour à tous,

    Je vous propose de découvrir le ressenti d'une chroniqueuse

    au sujet de mon roman

     

    En attendant l'arc-en-ciel

     

     

    https://despagesetmoi.wixsite.com/despagesetmoi/post/en-attendant-l-arc-en-ciel

     

    et pour découvrir à votre tour ce roman, c'est par ici :

     

    https://www.amazon.fr/En-attendant-larc-en-ciel-Nadine-Deconinck-Cabelduc/dp/1070613320/ref=tmm_pap_swatch_0?_encoding=UTF8&qid=&sr=

     

    Bonne lecture,

    et prenez soin de vous.

     


    7 commentaires
  • Mini-fondant au chocolat

     

    Bonjour les filles,

    Je vous avais déjà mis une recette de fondant au chocolat

    Voici, celles des minis.

    Oui, deux recettes différentes, aussi délicieuse l'une que l'autre.

     

    PETITS FONDANTS AU CHOCOLAT

     

    (version allégée)

     

    Préparation : 15 min

    Cuisson : 15 min

     

    Ingrédients :

     

    100 g de chocolat noir

    40 g de sucre glace

    100 g de beurre

    25 g de poudre de noisettes

    4 blancs d'oeufs

    35 g de farine

    1/2 sachet de levure

    2 C à S de miel liquide.

     

    1) Faites fondre le chocolat cassés en morceaux avec le beurre. Lissez le mélange.

    2) Dans un saladier, fouettez les blancs d'oeufs jusqu'à ce qu'ils soient légèrement mousseux mais pas en neige. Ajoutez le sucre glace, la poudre de noisettes, la farine et le miel ainsi que le 1/2 sachet de levure.

    Mélangez. Préchauffez le four à 200°C (T 6 ou 7)

     

    3) Répartissez cette pâte dans des moules à muffins. Enfournez.

     

    *****

     

    MINI-FONDANTS CHOCOLAT

     

    Préparation : 10 min

    Cuisson : 10 min

     

    Ingrédients :

     

    100 g de chocolat

    50 g de beurre

    1 c à s. de farine

    3 oeufs

    60 g de sucre

     

    1) Faites fondre le chocolat et le beurre

    2) Fouettez le sucre avec les oeufs

    3) Rajoutez la farine puis mélangez avec le chocolat/beurre

    4) Versez  dans des moules, ajoutez un carré de chocolat dans chacun d'eux  et mettez au four à 220°C.

     

     Bon appétit


    3 commentaires
  • Les oubliés du dimanche

     

    Bonjour à tous,

    J'espère que tout le monde se porte bien.

    Ici, ça va. Je profite du confinement pour (entre autres) lire et peaufiner mon prochain roman.

    Il m'arrive encore d'avoir des soucis pour me connecter sur Eklablog (y compris quand je n'ai rien posté donc je ne comprends par pourquoi mon adresse IP est bloquée). Je prends mon mal en patience et reviens de temps à autre voir si cela fonctionne.

    Voici mon ressenti sur :

     

    Les oubliés du dimanche

    Valérie Perrin

     

    (Le livre de poche)

     

    ❤ ❤ ❤ ❤ ❤

     

    Justine, jeune femme de vingt et un ans, et son cousin ont été élevés par leurs grands-parents paternels à la mort de leurs parents tués dans un accident de voiture. Justine travaille dans une maison de retraite et s’est pris d’affection pour l’une des pensionnaires, Hélène, dont elle écrit – à la demande du petit-fils de cette dernière - l’histoire de sa vie : Sa rencontre avec Lucien, leur liaison, la guerre, la déportation.

    Justine va devoir aussi faire face aux secrets de sa propre famille.

     

    Ce livre a reçu une dizaine de prix, dont le prix national Lions de littérature, le prix Chrono 2016 et le prix intercommunal Lire Élire 2016

     

     

    Mon avis :

    Je dois avouer que j’ai eu du mal à entrer dans l’histoire. On s’y perd un peu, car il y a beaucoup de personnages et on navigue entre présent et passé et cela part dans tous les sens. Il faut donc s’accrocher pour ne pas perdre le fil des différentes intrigues qui s’entremêlent. Pourtant, au final, je dois dire que j’ai plutôt aimé cette histoire, même si les personnages sont moyennement attachants.

     

    J’ai trouvé tout de même plus qu’inconcevable qu’une jeune fille qui couche avec le même homme régulièrement ne sache pas son prénom ! Autre invraisemblance : qu’elle ne le reconnaît pas de dos lorsqu’elle le croise à la maison de retraite.

     

    Autres bémols, l’histoire de la mouette (qui me rappelait le pélican d’un autre roman) aussi improbable qu’inintéressant à mes yeux et la fin plutôt mièvre (alors que le reste ne m'apparaît pas comme tel). Dommage.

     

    Bonne lecture,

    et prenez soin de vous.

     


    3 commentaires
  • douceur de Menton en verrine

     

    Bonjour à tous, 

    Voici de quoi occuper son temps puisqu'on ne peut pas sortir : 

     

    Douceurs de menton en verrine

     

    Pour 12 personnes

    Pour la crème de citron : 5 citrons (soit 20 cl environ) - 4 oeufs - 200 g de sucre en poudre - 125 g de beurre

     

    Pour le crumble : 50 g de beurre - 50 g de sucre en poudre - 1 sachet de sucre vanillé - 90 g de farine.

     

    Pour la crème :

     

    Râpez les zestes de citrons et pressez-en le jus. Fouettez les oeufs dans une jatte.

     

    Faites fondre le beurre dans une casserole. Ajoutez-y le sucre, les oeufs, le jus de citron et les 2/3 des zestes. Faites épaissir 5 minutes à feu doux en fouettant. Répartissez la crème dans des verrines et laissez refroidir.

     

    Pour le crumble :

     

    Préchauffez le four à 180° C ( T 6 )

     

    Mélangez du bout des doigts le beurre en morceaux, les sucres et la farine en un sable grossier.

     

    Répartissez la pâte à crumble sur la plaque du four recouverte de papier cuisson puis enfournez environ 10 minutes (la pâte doit être dorée).

    Laissez refroidir avant de parsemer sur la crème de citron.

    Décorez avec les zestes et servez.

     

    Bon appétit


    4 commentaires