• Pour te détruire

     

     

    Bonjour à tous,

     

    en ces temps de confinement, la lecture fait encore plus partie de mes occupations.

     

    Voici mon retour sur : 

     

    Pour te détruire

    Vanessa Degardin

    (Nouvelles Plumes)

    ❤❤❤❤

     

    Vélia dirige l’entreprise familiale de démolition. Le cadavre d’un homme castré et éventré est retrouvé sur son dernier chantier. Il s’agit de son ex petit-ami. Quelques jours plus tard, un autre cadavre est retrouvé sur un de ses chantiers. Cette fois, c'est un ancien employé licencié.

    Vélia est-elle coupable ou victime d’une machination ? C’est ce que devra découvrir l’inspecteur Soulika. Problème pour lui : il se sent troublé par la principale suspecte.

     

    Mon avis :

    J’ai passé un bon moment avec ce suspens où haine aveugle, vengeance, cupidité et amour naissant se côtoient.

    L’intrigue policière est bien menée. Le rythme est soutenu. Le suspens est là. Le nombre de personnages brouille les pistes (même si j’avoue avoir eu assez vite ma petite idée sur la personne coupable). L’histoire ne manque pas de rebondissements.

    La romance qui s’ébauche entre Vélia et l’inspecteur permet des moments plus calmes. Dommage que l’auteure s’attarde trop (et de façon trop régulière) sur la plastique irréprochable du bel inspecteur et le corps parfait de Vélia, qu’il y ait aussi trop de scènes d’amour (parfois même improbables car notre héroïne est bien malmenée physiquement dans cette histoire et que bizarrement, lors des scènes de sexe, les douleurs qu’elle devrait éprouver sont passées sous silence).

    Il y a aussi des redites (j’ai arrêté de compter le nombre de fois où nos deux héros lèvent les yeux au ciel).

    Il y a un autre fait que je n’ai pas trouvé crédible, mais que je vais taire ici pour ne pas spolier.

    Les deux personnages principaux sont, quant à eux, très attachants. Soulika est bourré de charme et Vélia, même si elle m’a parfois agacée, est une femme forte, qui doit se battre contre le machisme et les préjugés puisqu’elle évolue dans un univers d’hommes.

    En résumé, cela reste une lecture agréable, avec un style facile à lire et peu de temps mort.

     

     

    Bonne lecture  et prenez soin de vous.


    3 commentaires
  • Jamais deux sans toi

     

    Bonjour à tous,

    En cette période de confinement,

    je vais pouvoir rattraper mon petit retard sur mes retours de lecture

    et permettre à ma PAL de diminuer un peu.

    Sans oublier l'écriture de mon petit dernier que je dois peaufiner.

    Voici mon ressenti sur 

     

    Jamais deux sans toi

    Josie Lloyd & Emlyn Rees

    (pocket)

    ❤❤❤❤❤

    Jack, 27 ans, passe de filles en filles. Renoncer à son célibat ? Très peu pour lui.

    Amy, 25 ans, rêve, quant à elle, de rencontrer l’homme avec qui elle pourrait construire quelque chose de durable.

    Ils se rencontrent, s’aiment, se séparent. Et si, finalement, ils étaient faits l’un pour l’autre ?

    Mon avis :

    J'avoue que la couverture du livre laisse un peu à désirer. Elle m'a d'ailleurs fait hésiter à emprunter ce roman. Le résumé m’a tout de même suffisamment tenté pour le prendre car j'ai encore besoin de temps à autre, de légèreté dans mes lectures.

    Le livre a été écrit à quatre mains (un homme et une femme) et j’ai trouvé intéressant d’avoir les deux points de vue sur cette relation qui soient vraiment un point de vue masculin et un point de vue féminin.

    C’est écrit dans un style simple avec une note d’humour. Peut-être de façon un peu trop cru parfois sans que cela se justifie.

     

    L’histoire, assez réaliste, se lit sans déplaisir, mais n’est pas inoubliable pour autant et les personnages sont plutôt attachants.

    Une lecture détente, sans prise de tête.

     

    Bonne lecture à tous,

     


    5 commentaires
  • Réédition "l'envol du papillon"

     

    Bonjour à tous,

    Depuis quelque temps, ce roman n'était plus disponible en AE (enfin, juste un exemplaire broché dû à un problème de commande)

    Fin janvier, j'ai en effet signé avec une maison d'édition.

    C'est donc avec So Romance, que cette histoire va poursuivre sa route. 

    Je dois avouer que j'ai flashé sur cette couverture (on m'en a proposé 8 en tout)

    L'e-book est sortie aujourd'hui,

    le broché suivra (date prévue le 27 mars)

    et j'espère qu'il saura conquérir pleins de lectrices (et lecteurs).

    https://www.amazon.fr/dp/B085VMYWD5/ref=sr_1_2?__mk_fr_FR=%C3%85M%C3%85%C5%BD%C3%95%C3%91&keywords=l%27envol+du+papillon+nadine+deconinck&qid=1584106559&s=books&sr=1-2 


    5 commentaires
  • roulé à la fraise (ou autre parfum)

     

     Coucou tout le monde,

    voici ma recette du :

     Roulé à la confiture de fraises

     

    Souvenir d'un des rares gâteaux que ma maman nous faisait. Autant elle aimait bien cuisiner, autant la pâtisserie, ce n'était pas son fort, mais avec trois filles à la maison disposées à le faire, elle pouvait tout de même dévorer en bonne gourmande de bons gâteaux fait maison.

    J'avais déjà mis la recette du roulé (pour la bûche) sur mon blog mais pour éviter d'avoir à trop remonter, comme elle est rapide, je la remets ici.

     

    Ingrédients : 75 g de farine - 75 g de sucre - 4 oeufs - confiture fraise (ou autre, voire pâte à tartiner)

     

    Dans un saladier, mettre les 4 jaunes d'oeufs plus le sucre. Travailler à la spatule et au fouet pour faire blanchir. Mélanger ensuite avec la farine puis les blancs d'oeufs battus en neige. Beurrer et fariner le papier alu (30 x 40 cm). Versez la pâte. Etaler. Mettre à cuire 7 à 8 minutes dans un four chaud T 7  (mettre un petit ramequin d'eau dans le four pendant la cuison). Rouler à la sortie du four et laisser refroidir. Dérouler le biscuit et étaler la confiture (ou autre). Rouler de nouveau et parsemer de sucre glace pour parfaire la finition.


    6 commentaires
  • La vérité sur l'affaire Harry Quebert

     

     

    Bonjour à tous,

    Voici mon retour sur ma dernière lecture :

     

     

    La vérité sur l’affaire Harry Quebert

     

    Joël Dicker

     

    ❤❤❤❤❤

     

    À New York, au printemps 2008, alors que l’Amérique bruisse des prémices de l’élection présidentielle, Marcus Goldman, jeune écrivain à succès, est dans la tourmente : il est incapable d’écrire le nouveau roman qu’il doit remettre à son éditeur d’ici quelques mois. Le délai est près d’expirer quand soudain tout bascule pour lui : son ami et ancien professeur d’université, Harry Quebert, l’un des écrivains les plus respectés du pays, est rattrapé par son passé et se retrouve accusé d’avoir assassiné, en 1975, Nola Kellergan, une jeune fille de 15 ans, avec qui il aurait eu une liaison.
    Convaincu de l’innocence de Harry, Marcus abandonne tout pour se rendre dans le New Hampshire et mener son enquête. Il est rapidement dépassé par les événements : l’enquête s’enfonce et il fait l’objet de menaces. Pour innocenter Harry et sauver sa carrière d’écrivain, il doit absolument répondre à trois questions : Qui a tué Nola Kellergan ? Que s’est-il passé dans le New Hampshire à l’été 1975 ? Et comment écrit-on un roman à succès ? Sous ses airs de thriller à l’américaine, La Vérité sur l’Affaire Harry Quebert est une réflexion sur l’Amérique, sur les travers de la société moderne, sur la littérature, sur la justice et sur les médias.

     

    Mon avis :

    Malgré ses différents prix (Prix de la Vocation Bleustein-Blanchet, Prix Goncourt des Lycéens 2012, Grand Prix du roman de l’Académie française), ce roman est écrit dans un style simple. Par contre l’intrigue l’est moins, multipliant les rebondissements. Un peu trop à mon goût. Alors, d’accord, cela permet de ne pas savoir au final qui est responsable de quoi vu le nombre de pistes qu’il faut suivre et de retournements de situation (pour moi qui découvre souvent le coupable avant la fin, cela aurait pu me plaire puisque j’ai juste deviné le lien entre Stern et Caleb), mais là, vraiment, trop c’est trop.

     

    L’histoire d’amour manque de profondeur, j’ai eu du mal à y croire. Et - même pour l’époque - Nola me semble un peu « nunuche » dans sa relation avec Harry. Certains dialogues sont limite mièvre quand il est question d’elle. Par contre, j’ai aimé pouvoir me poser des questions la concernant. Jeune fille plutôt solaire, qui est-elle réellement ?

    Les personnages (plutôt nombreux) ne sont pas très attachants. Seul, le sergent Gahalowood qui mène l’enquête avec Marcus Goldman (association peu crédible cependant) a trouvé grâce à mes yeux. J’aimais bien son humour, son côté un peu bourru et flic qui ne lâche pas l’affaire malgré les ordres données.

    J’ai trouvé originale la construction de ce roman (chapitre à rebours). J'ai souvent apprécié les passages sur l'écriture au tout début de chaque chapitre.

    Quant à l’idée de cette histoire est séduisante, mais mon ressenti reste malgré tout mitigé. Pas mal, mais aurait pu être mieux.

    J’aimerais découvrir un autre roman de cet auteur pour voir si cela me convient davantage. Des idées à me suggérer ?

     

     

     

     

     

     

     

     


    6 commentaires