• Tarte au citron

     

    Bonjour à tous,

    Petite recette sucrée aujourd'hui.

    J'adore ce gâteau qui arrive à détrôner le chocolat à mes yeux (et c'est pas peu dire !)

     

      tarte au citron

    Pour la pâte sablée

     

    Préparation : 10 min - Temps de pause : 30 min - Cuisson : 10 à 15 min

     

    Ingrédients : 150 g de farine + 50 g de Maïzena

    100 g de sucre (personnellement : 60 g)

    1 sachet de sucre vanillé (perso : néant)

    1 oeuf

    100 g de beurre

    1 pincée de sel (perso : néant)

     

    Dans une terrine, mélangez les sucres, le sel, la farine, la maïzena et l'oeuf. Travaillez rapidement du bout des doigts et incorporez peu à peu le beurre coupé en petits dés.

    Ajoutez si besoin un peu d'eau. Pétrissez. Lorsque la pâte est bien homogène, formez une boule et laissez reposer 30 min.

    Préchauffez le four à 200°C. Etalez la pate. Faites cuire le fond de pâte à blanc pendant 10 à 15 min.

     

    Pour la garniture :

     

    2 citrons

    75 g de beurre

    100 g de sucre (j'en mets moins - 80 g)

    1 sachet de sucre vanillé

    2 oeufs

    20 g de Maïzena (2 cuil à soupe rases)

     

    Dans une casserole, faites fondre le beurre.

    Hors du feu, dans le beurre refroidi, mélangez les sucres, les oeufs entiers l'un après l'autre, la Maïzena et le jus des citron (15 cl).

    Faites chauffer à feu doux en remuant jusqu'à ce que le mélange épaississe un peu. Retirez du feu.

    Versez sur la pâte sablée préalablement cuite à blanc. Laissez refroidir le tout à température ambiante.

     

    Bon appétit

     

     


    8 commentaires
  •  

    Le ciel de Darjeeling

     

    Bonjour à tous,

    J'ai entamé cette lecture plutôt confiante,

    mais finalement je suis plutôt déçue par ce roman.

     

    Le ciel de Darjeeling

     

    Nicole Vosseler

     

    ❤❤

     

    1876. Après la mort de son père, Helena se voit plus ou moins contrainte d’épouser Ian Neville, un riche planteur de thé en Inde pour assurer l’avenir de son jeune frère. Mais le passé de Ian recèle bien des mystères. Alors que son mari est en voyage, Helena reçoit la visite d’un homme rencontré juste avant son départ de Londres. Quel lien unit sans le savoir les deux hommes ?

    Mon avis : 

    Le livre se découpe en trois parties. La première, relate la rencontre entre Helena et Ian. L’évolution de leur rapport ne m’a guère convaincu. Et peut-être encore plus du point de vue de la jeune fille. Rien ne laisse apparaître pour moi la naissance de l’amour qu’elle éprouve pour Ian, j’ai eu l’impression que l’aveu qu’elle fait une nuit est comme un cheveu tombant sur la soupe.

    La deuxième partie est sur l’enfance de Ian. Je dois avouer que j’ai mis un certain temps avant de me rendre compte qu’il s’agissait de cela (je ne suis pas la seule, vu un autre avis laissé sur le net, ce qui veut dire que cette partie est peut-être mal amenée). 

    Et au début, avant qu’il soit vraiment question de Ian devenu plus grand, cela ne m’a guère passionné la façon dont ses parents se rencontrent et s’aiment sous les yeux de Mohan, l’oncle de Ian. Tout est trop hâtif.

    La troisième partie, il s’agit du dénouement qui a été bâclé et reste peu crédible à mes yeux. Helena semble une vraie girouette et elle apparaît immature alors que cela n’était pas mon sentiment avant.

    Certains dialogues étaient peu représentatifs de l’époque, et m’ont quelque peu déroutée ainsi que le tutoiement entre Helena et Richard alors qu’ils se connaissent à peine.

    Je n’ai pas réussi à m’attacher aux personnages. Helena n’a pas su m’émouvoir. Je n’ai éprouvé aucune empathie pour elle. Et à peine pour Ian. J’ai juste ressenti de la compassion pour ce qu’il a subi enfant. 

    Un autre point m’a fait tiquer : la gifle qu’il donne à Helena. J’ai trouvé ce geste disproportionné vu ce qui l’a déclenché et j’espérais qu’il y aurait une « bonne » raison pour qu’il l’ait fait (du point de vue de Ian, pas du mien puisque il n’y en aura jamais pour moi) mais non. 

    Il y a de (trop) longues descriptions, même s’il est intéressant de découvrir l’Inde du 19ème siècle, les coutumes, la culture du thé, la domination anglaise. J’avoue que j’ai décroché plus d’une fois. 

    Bref, vous l’aurez compris, je n’ai pas du tout été embarquée par cette histoire. Mais cela ne reste que mon avis. Après coup, j’ai vu qu’il y avait beaucoup d’avis positifs sur ce roman.

     


    3 commentaires
  •  

     

    Re-bonjour,

    Un autre retour de lecture mais pas le mien, 

    c'est celui de satinesbook au sujet de mon roman 

     

    "L'envol du papillon"

     

     L’envol du papillon m’a tout de suite plu pour cette jolie couverture. Lorsque j’ai lu « romance historique », j’ai craqué directement. Quelle riche et belle idée j’ai eu là ! L’envol du papillon est une excellente découverte.

     

    L’intrigue de base est très sympathique. J’ai beaucoup apprécié le fait que l’auteure évite le cliché du triangle amoureux. En effet, rapidement, on va comprendre qu’Alexandre aime Elisa et non Mathilde mais que Mathilde est amoureuse d’Alexandre et qu’Elisa réfrène ses sentiments pour éviter de blesser sa cousine. J’ai aimé cette honnêteté dans les personnages, cette volonté à ne pas faire de mal. Le triangle amoureux est dévastateur mais j’ai trouvé que l’auteure évitait vraiment les clichés à ce sujet, c’est déjà une très bonne chose

    Autre chose que j’ai grandement apprécié : l’esclavage. C’est l’une des premières, et rares, romances historiques sur fond historique. Etrange non ? Ce que je veux dire par là c’est que les romances historiques que je lis s’inscrivent souvent dans le genre « historique » parce qu’elles se déroulent entre le 17ème et 19ème siècle (grosso modo) mais ici, en plus de s’inscrire dans la fin du 19ème siècle, on va toucher à autre chose : à l’Histoire mais aussi à la politique. Ainsi, on va parler d’esclavage, des personnes noires, du racisme. L’idée de placer la Guadeloupe dans le cœur d’Elisa mais aussi au cœur de l’intrigue permet de traiter de la thématique au sens large du terme. L’Histoire ne prend pas trop de place mais reste dans un coin de la tête du lecteur, c’est une très riche et belle idée !

     

    Le panel de personnages est très intéressant et varié. Il y a matière à faire un second tome en s’intéressant de plus près à Paul, par exemple ou encore Mathilde. Cela peut être très sympathique.

     

    La seule chose qui fait que le roman n’est pas un coup de cœur mais une excellente lecture, c’est ce sentiment d’une légère rapidité dans l’évolution des événements. Même si on souligne qu’au premier regard Alexandre et Elisa sont sous le charme, il m’a manqué un peu de matière. J’ai trouvé que les sentiments étaient un peu trop vite exprimés sans avoir le background de ce qui va avec ses sentiments. Les moments seuls sont rares, j’ai trouvé qu’il manquait de moments de découverte. Ils ne prennent pas forcément le temps de se connaitre en profondeur et c’est ce qui m’a manqué ici. C’est la seule chose que j’ai à redire pour ce roman.

     

    Cette romance historique m’a beaucoup plu. C’est vraiment très sympathique et agréable. J’aime tellement ce que j’ai lu. Ça sent bon la mer, le soleil mais aussi les bals, les rencontres, l’amour. Je suis vraiment ravie d’avoir rencontré le chemin d’Elisa et d’Alexandre qui sont deux personnages travaillés, dont les caractères diffèrent de ce que l’on peut trouver habituellement. Ajoutons à cela des thématiques intéressantes et originales et je suis aux anges.

     

    La plume de l’auteure est très agréable. Franchement, je suis sous le charme des mots de l’auteure. Je lirai un roman de Nadine Deconinck-Cabelduc avec certitude et grand plaisir.

     

    3 bonnes raisons de lire ce roman :

     

    • Un paysage atypique dans les romances historiques : la Guadeloupe qui donne des envies de voyage
    • Le duo Elisa/Alexandre que j’ai beaucoup apprécié
    • La plume de l’auteure : formidable et très agréable

     

    notation
    Pour lire l'article en entier

    https://satinesbooks.wordpress.com/2020/06/14/lenvol-du-papillon-de-nadine-deconinck-cabelduc/comment-page-1/?unapproved=18934&moderation-hash=0706e141139b3cebd6bf4f7ccf47c5be&fbclid=IwAR0waM7tmoZGCxWBqp26l8BkDTPD3upxh1Lz2CVyMVMRXREmRd0qbDeQWgo#comment-18934

     

    Pour découvrir vous aussi ce roman :

    https://www.amazon.fr/Lenvol-du-papillon-Romance-historique-ebook/dp/B085VMYWD5/ref=asap_bc?ie=UTF8  

    https://www.kobo.com/fr/fr/ebook/l-envol-du-papillon  

    https://livre.fnac.com/a14683893/Nadine-Deconinck-Cabelduc-L-envol-du-papillon

    https://www.cultura.com/l-envol-du-papillon-9782390451105.html

     

     

     

     


    7 commentaires
  •  

    Bonjour à tous,

    désolée pour cette longue absence pas toujours de mon faîte.

    Je vous retrouve pour un retour de lecture.

     

    Un seul amour

     

    Anita Shrever

     

     

    ❤❤❤❤

     

     

    En vacances au bord de la mer avec ses parents, Olympia, 16 ans, tombe amoureuse du Dr John Haskell qui n’est pas insensible à son charme. Mais il a 41 ans, il est marié et père de 3 enfants. Et nous sommes en 1899.

     

    Malgré leurs remords, principalement envers Catherine - la femme d’Haskel, ils tombent dans les bras l’un de l’autre. Lorsque leur liaison est découverte, c’est le scandale.

     

    Haskell disparaît et Olympia, enceinte, se voit contrainte par son père d’abandonner l’enfant et de s’exiler dans une école pour filles.

     

    Lorsqu’elle quitte brusquement la première place qu’elle occupe comme gouvernante, elle trouve refuge à Fortune’s Rock, dans leur maison de vacances. Elle apprend par hasard que son fils a été laissé aux soins d’un orphelinat à proximité. Elle se bat alors pour récupérer la garde de son enfant.

     

    Mon avis :

     

    Il s’agit là d’une relecture, mais comme on m’a offert ce livre il y a près de 20 ans, je dois avouer que je l’ai abordé comme une découverte tant je me souvenais de peu de choses.

     

    C’est une belle histoire qui dépeint la bourgeoisie de Boston mais également les immigrés pauvres. On navigue entre les vacances au bord de l’eau et le dispensaire où les conditions ne sont pas faciles ainsi que les conditions de vie des immigrés et on suit notre jeune héroïne sur plusieurs années.

     

    Olympia est une jeune fille à la fois tenace et soucieuse (de Catherine, de ses parents – son père en particulier), même si elle ne peut s’empêcher de vivre son amour pour Haskell. Amour qu’elle ne reniera jamais. Elle va devoir affronter bien des épreuves dont elle se relèvera avec courage.

     

    On ne peut qu’éprouver de la sympathie pour la femme du médecin de voir ainsi son honneur et son amour bafoué  tant cette personne est aimable et pourtant sans en vouloir à Olympia et Haskell qui s’aiment d’un amour sincère.

     

    Chaque personnage tient bien son rôle, on se les imagine très bien et on sympathise avec tous (enfin à part Cote, à la fois imbu de sa personne et à l’origine (volontaire) de la révélation.

     

    J’ai eu beaucoup de plaisir à le relire.

     


    1 commentaire
  • Beignet à la française

     

    Bonjour à tous,

    je commence peu à peu à apprivoiser ce site. J'arrive désormais à programmer, ce qui me facilite un peu la tâche car je n'ai pas tout le temps le loisir de venir ici. Surtout que je vais me remettre en mode écriture pour une "commande" de ma ME. 

    Voici donc encore aujourd'hui un article programmé dimanche et il s'agit cette fois-ci d'une recette (trouvée il y a un certain temps déjà dans un Femme actuelle). 

     

    LES FAMEUX "BEIGNETS FRANCAIS" DU CAFE DU MONDE

     

    Pour 4 à 6 personnes

     

    Préparation : 20 minutes - Cuisson : 25 minutes - Attente : 40 minutes - Economique

     

    Ingrédients : 2 oeufs - 25 cl de lait chaud - 40 g de beurre - 450 g de farine - 1 sachet de levure de boulanger - 40 g de sucre en poudre - 1 litre d'huile - 40 g de sucre glace.

     

    Dans un saladier, versez le lait chaud et la levure. Laissez la levure se dissoudre 5 minutes environ. Ajoutez les oeufs et le beurre fondu, puis la farine. Mélangez pour obtenir une pâte "collante".

    Pétrissez la pâte sur le plan de travail, en incorporant au besoin un peu plus de farine jusqu'à ce que la pâte soit lisse et élastique, pendant 10 minutes environ.

    Réservez cette boule de pâte couverte jusqu'à ce qu'elle double de volume (environ 40 minutes).

    Chauffez un bain de friture. Étalez la pâte au rouleau. La recette de base est de découpez la pâte en 4 bandes puis recoupez chacune en 6 rectangles pour obtenir 24 beignets. Personnellement j'utilise des emporte-pièces de formes différents (coeur, éléphant, étoile...)

    Faites frire les beignets jusqu'à coloration dorée. Réservez-les sur du papier absorbant. Saupoudrés de sucre glace (ou ordinaire).

     

    *****

     

    Bon, ce n'est pas diététique tout cela mais quelle joie de retrouver mes plaisirs d'enfant quand mon père en confectionnait (mes parents aimaient tous deux cuisiner) et de voir la joie de mon plus jeune fils chaque fois que j'en fais (tous les 3 ou 4 mois).

     

    Bon appétit


    3 commentaires